Déclaration du FSMM sur le Pacte Mondial migrations
25 december 2019
Assemblée générale
15 januari 2020

Communiqué de presse

Un climat délétère d’atteinte aux libertés fondamentales est instauré par le pouvoir marocain pour faire face aux revendications légitimes émanant des différentes catégories du peuple marocain pour la dignité, la justice sociale et la démocratie.

Dernière atteinte grave et significative à la liberté d’expression est l’arrestation du jeune journaliste Omar Radi le 26 décembre pour avoir critiqué dans quelques Tweets d’il y a plus de 8 mois le jugement inique contre les militants du Hirak du Rif (Nord du Maroc) prononcé en avril dernier ! La liberté d’expression d’un journaliste est bafouée avec pour signal clair de museler le reste des voix libres qui oseraient critiquer les pratiques du système marocain et l’absence d’indépendance du pouvoir judiciaire. Cette poursuite s’inscrit dans une série d’arrestations et de jugements dont celles du rappeur Gnawi (1 an de prison), du youtubeur MoulKaskita (4 ans de prison), sans oublier la criminalisation du journaliste Taoufik Bouachrine qui a vu sa peine aggravée en appel de 12 à 15 ans de prison !!!

Face à ces dénis de justice, les forces vives du peuple marocain résistent : Sa jeunesse exprime dans les stades de Foot-ballson ras-le-bol dans des chants contre la Hogra et les multiples injustices, la société civile s’est mobilisée récemment en imposant au pouvoir une amnistie de la jeune Hajar Raissounipoursuivie pour avoir eu un soi-disant recours à un avortement. L’ensemble des associations et organisations au Maroc et à travers le monde continuent à lutter pour arracher de prison les militants du Hirak du Rif dont les leaders ont été poursuivis de 10, 15 et 20 ans de prison pour avoir exprimé pacifiquement des revendications sociales, économiques et culturelles.

Hier, à l’initiative des associations des droits humains une commission nationale a été créeà Rabat pour la libération du journaliste Omar Radi et l’ensemble des prisonniers d’opinion, et pour la défense de la liberté d’expression.

Notre Plateforme euro-marocaine migrations, développement, citoyenneté, démocratie se joint à cette initiative de la commission nationale, exprime sa totale solidarité avec Omar Radi et l’ensemble des prisonniers d’opinion. Appelle les organisations de la société civile, et les personnes éprises de justice aussi bien dans l’immigration qu’au Maroc à redoubler d’efforts pour l’avènement d’un Maroc du respect des droits humains, culturels et sociauxbasé sur la justice sociale et la démocratie.

Amsterdam, le 28 décembre 2019

Contact :

Secrétariat de la Plateforme euro-marocaine migrations, développement, citoyenneté, démocratie : Eerste Weteringplantsoen 2c,email :emcemo1@gmail.com tel :00314288825
1017 SJ Amsterdam
Pays-Bas